L’île Seguin, bataille pour un lieu symbolique

Plusieurs associations, dont Val de Seine Vert, ont introduit un recours gracieux afin que le maire de Boulogne-Billancourt reconsidère son projet de tours élaboré avec l’architecte Jean Nouvel.

Le 3 mai 2011, le commissaire enquêteur chargé de l’enquête publique sur la révision partielle de Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Boulogne-Billancourt a donné un avis favorable au projet « Baguet / Nouvel » sur l’île Seguin. Après avoir constaté que sur les 420 avis exprimés, 348 étaient contre le projet et 72 pour, le commissaire écrit : « Je comprends leur réticence à ce projet […] mais la restructuration de l’île créera une dynamique évolutive de bien-être pour toute la population actuelle […] ».

Il s’agit à l’évidence d’une profession de foi ! Le commissaire, comme le maire de Boulogne-Billancourt et la majorité de son conseil sont partisans de faire de l’île le « premier cluster culturel du Grand Paris » pour reprendre les termes des luxueuses brochures produites par la société d’économie mixte chargée de son aménagement.

Ce qu’ils oublient

Ces brochures publicitaires, bilingues, mélangent habilement la réalité et la fiction pour faire croire que le projet est irrémédiablement engagé. Les associations qui accompagnent depuis le début les réflexions menées sur l’urbanisation du 8ème quartier de Boulogne-Billancourt, le fameux « G8 », ne sont pas d’accord. Plusieurs d’entre elles, dont Val de Seine Vert, ont mandaté l’avocat Pierre Gaborit afin de demander au maire de reconsidérer son projet. Si ce dernier ne veut toujours pas nous répondre, la seule solution qui restera aux associations sera de saisir le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

L’ampleur de la mobilisation

Pendant ce temps, la contestation s’organise et les riverains rejoignent les associations de défense de l’environnement. Le blog « Sauvons l’île Seguin » et la forte mobilisation lors du conseil municipal du 16 juin, qui a vu l’adoption du PLU modifié par le conseil municipal, sont deux bons exemples de ce qui peut être fait « sur le terrain ». Les chèques de soutien que nous recevons afin de nous permettre de payer notre avocat est également un indicateur de la détermination de tous les défenseurs de l’environnement. Il est indispensable d’amplifier encore cette mobilisation en démontrant que l’aménagement de l’île Seguin a valeur de symbole et concerne les Franciliens, bien au-delà du Val de Seine.

Alain Mathioudakis et Luc Blanchard, association Val de Seine Vert

Ile SeguinLe 3 novembre, les associations de défense de l’environnement ont réuni 300 personnes à Boulogne-Billancourt. Jean-Paul Torris, de Meudon, a présenté ce photomontage très parlant. Une vue de l’île Seguin depuis le nouveau parc du Trapèze, avant et après.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s