Courrier de Boulogne Environnement sur les tours du Pont d’Issy

L’association Boulogne-Environnement vient d’adresser le courrier ci-dessous aux quatre principaux candidats aux élections municipales à Boulogne Billancourt. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des réponses que l’association recevra.

BOULOGNE ENVIRONNEMENT

Association agréée – Loi du 10/07/1976

60, rue de la Belle-Feuille

92100 Boulogne-Billancourt

Tél : 01 48 25 47 12

Monsieur Pierre-Christophe BAGUET

Maire de Boulogne-Billancourt

Boulogne-Billancourt, le 08 mars 2014

Objet : Tours à Issy-les-Moulineaux.

Monsieur le Maire,

Comme vous le savez très certainement, la municipalité d’Issy-les-Moulineaux a prévu la construction de trois tours de 169 à 189 m de hauteur, essentiellement de bureaux, à proximité immédiate du pont d’Issy, conformément à une révision simplifiée de son PLU de 2005, autorisant un total de 250.000 m² environ de surface de plancher. Cette révision du PLU a fait l’objet d’un recours contentieux en juin 2012, recours finalement rejeté par le tribunal de Cergy-Pontoise. La situation est actuellement la suivante : une première tour, la tour IMEFA 52 (189 m), a obtenu un permis de construire ; une deuxième tour, la tour Hélice (145 m), fait l’objet d’un enquête publique préalable se terminant le 15 mars 2014 ; la troisième tour ne fait l’objet d’aucun projet précis pour le moment.

Ces tours, implantées en limite de Boulogne-Billancourt, engendreront de multiples nuisances et une dégradation certaine du cadre de vie dans toute sa partie Est de la ville et plus particulièrement dans le quartier République-Point-du-Jour :

–        engorgement du trafic automobile, le secteur étant déjà très souvent saturé à partir du pont d’Issy et sur le boulevard de la République, aucun élargissement des voies de circulation n’étant prévu ou même possible, –        saturation des transports en commun (RER C et tramway), aucune infrastructure supplémentaire n’étant annoncée, –        ensoleillement pratiquement nul dans le quartier République-Point-du-Jour pendant les mois d’hiver, période pendant laquelle celui-ci est particulièrement recherché,

–        survols des hélicoptères plus fréquents, pour contourner éventuellement ces obstacles par le Nord, générant ainsi un surcroît de nuisances sonores,

–        création de violentes turbulences dans certaines conditions atmosphériques, turbulences préjudiciables à la sécurité.

Nous souhaiterions connaître votre position sur ces projets et les actions que vous envisagez de mener, si vous êtes réélu Maire, pour préserver la qualité de vie dans les quartiers.concernés de Boulogne-Billancourt.

Dans l’attente d’une réponse que nous espérons positive, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos respectueuses salutations.

Le Président

Jean Pozzo di Borgo

Publicités

Manifestation contre le projet TOUR TRIANGLE (Porte de Versailles à Paris)

Vous trouverez en cliquant ici, les informations annonçant la manifestation contre le projet TOUR TRIANGLE
du samedi 18 janvier de 13h30 à 15h30, Porte de Versailles à Paris
organisée à l’initiative du « Collectif contre la Tour Triangle ».

Les projets de l’île Seguin : une anomalie

Jean-Marie Blin, président de l’association de défense de l’environnement de Ville-d’Avray (Adevam) publie dans le premier numéro de « 92 Environnement » un article dont nous vous proposons l’extrait qui suit. Nous saluons au passage la naissance de cette nouvelle publication.

« Quatre décisions très importantes viennent un peu plus fragiliser les projets de construction massifs sur l’île Seguin votés par le Conseil municipal de Boulogne fin juin au cours d’une séance particulièrement houleuse.
– La décision du maire de Levallois-Perret de renoncer à la construction de deux tours de grande hauteur dans sa ville face à la mobilisation des habitants.
– La décision du tribunal de Nanterre d’interdire la démolition du quartier des damiers à la Défense sans laquelle les deux tours HERMITAGE de 320 mètres de hauteur ne peuvent plus être construites.
– La décision du maire de Courbevoie de rompre les négociations avec le promoteur de la tour PHARE, dernier projet emblématique du quartier de la Défense.
– Enfin, le Conseil général des Hauts-de-Seine se montre de plus en plus réticent à engager les financements prévus sur l’île et vient d’empêcher la ville de Boulogne de construire l’une des cinq tours que le plan de l’architecte Jean Nouvel a prévues sur l’île, au moment-même ou le maire d’Issy-les-Moulineaux annonce la construction de trois tours de 200 mètres de hauteur dans sa ville hyper-densifiée.
Tout ceci nous porte plus que jamais à agir (…) »

L’urbanisme de tours et les folies altoséquanaises

Les projets de tours poussent comme des champignons dans les Hauts-de-Seine. Ce thème s’est invité dans les discussions lors de notre fête des « Guinguettes en goguette » au port de Sèvres le 15 octobre dernier, à propos des projets sur l’île Seguin et dans tout le département. André Gattolin, nouveau sénateur EELV des Hauts-de-Seine et invité principal de la fête, animait le débat sur ce thème qu’il connaît bien.

André Gattolin a notamment recueilli l’avis de Michel Cantal-Dupart à ce sujet au cours d’un entretien (à consulter sur http://andregattolin.net/spip.php?article23). L’architecte urbaniste, professeur au CNAM, participe actuellement à un atelier créé dans le cadre du Grand Paris.

M. C-D regroupe la plupart de ses critiques sur les tours autour de la nécessité de donner un sens à de tels choix architecturaux et urbanistiques : la prouesse technique d’une tour qui engendre forcement un surcoût pour la même surface dans des immeubles de faible hauteur ne se justifie que par des exigences de monumentalité.

Lire la suite

La Tour triangle, porte de Versailles

Une tour de 50 étages, 180 mètres de haut sur 200 mètres de long est en projet sur le site du parc des expositions, porte de Versailles à Paris. Limitrophe d’Issy-les-Moulineaux et de Vanves, ce bâtiment conçu pour accueillir 88 000 m² de bureaux, soit 5 000 salariés, est présenté par la mairie de Paris comme étant d’utilité publique… Les riverains ne sont pas d’accord et demandent un référendum.

Décidément les tours ont le vent en poupe. Les projets fleurissent à la Défense, à Boulogne-Billancourt, à Issy-les-Moulineaux mais aussi à Paris. Dans le 15ème arrondissement, le promoteur Unibail-Rodamco envisage d’en construire une le long de l’avenue Ernest Renan. La tour Triangle est présentée comme un projet 100% privé de dimension « métropolitaine », c’est-à-dire en phase avec le Grand Paris et en concurrence directe avec les autres capitales européennes ! C’est cette « vocation » qui justifiait d’en faire une opération d’utilité publique et de modifier les règles d’urbanisme qui interdisent aujourd’hui ce type de constructions.

Lire la suite

L’île Seguin, bataille pour un lieu symbolique

Plusieurs associations, dont Val de Seine Vert, ont introduit un recours gracieux afin que le maire de Boulogne-Billancourt reconsidère son projet de tours élaboré avec l’architecte Jean Nouvel.

Le 3 mai 2011, le commissaire enquêteur chargé de l’enquête publique sur la révision partielle de Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Boulogne-Billancourt a donné un avis favorable au projet « Baguet / Nouvel » sur l’île Seguin. Après avoir constaté que sur les 420 avis exprimés, 348 étaient contre le projet et 72 pour, le commissaire écrit : « Je comprends leur réticence à ce projet […] mais la restructuration de l’île créera une dynamique évolutive de bien-être pour toute la population actuelle […] ».

Il s’agit à l’évidence d’une profession de foi ! Le commissaire, comme le maire de Boulogne-Billancourt et la majorité de son conseil sont partisans de faire de l’île le « premier cluster culturel du Grand Paris » pour reprendre les termes des luxueuses brochures produites par la société d’économie mixte chargée de son aménagement.

Ce qu’ils oublient

Ces brochures publicitaires, bilingues, mélangent habilement la réalité et la fiction pour faire croire que le projet est irrémédiablement engagé. Les associations qui accompagnent depuis le début les réflexions menées sur l’urbanisation du 8ème quartier de Boulogne-Billancourt, le fameux « G8 », ne sont pas d’accord. Plusieurs d’entre elles, dont Val de Seine Vert, ont mandaté l’avocat Pierre Gaborit afin de demander au maire de reconsidérer son projet. Si ce dernier ne veut toujours pas nous répondre, la seule solution qui restera aux associations sera de saisir le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

L’ampleur de la mobilisation

Pendant ce temps, la contestation s’organise et les riverains rejoignent les associations de défense de l’environnement. Le blog « Sauvons l’île Seguin » et la forte mobilisation lors du conseil municipal du 16 juin, qui a vu l’adoption du PLU modifié par le conseil municipal, sont deux bons exemples de ce qui peut être fait « sur le terrain ». Les chèques de soutien que nous recevons afin de nous permettre de payer notre avocat est également un indicateur de la détermination de tous les défenseurs de l’environnement. Il est indispensable d’amplifier encore cette mobilisation en démontrant que l’aménagement de l’île Seguin a valeur de symbole et concerne les Franciliens, bien au-delà du Val de Seine.

Alain Mathioudakis et Luc Blanchard, association Val de Seine Vert

Lire la suite