Participez à l’enquête publique avant le 26 octobre

Vous trouverez ici un avis détaillé sur les nuisances du projet de tour IMEFA52 (tour située à l’emplacement du Crédit Agricole au Pont d’Issy), qui a été déposé à l’enquête le 14 octobre 2013 et remis personnellement au commissaire enquêteur.

Inspirez-vous des arguments sur les points qui vous inquiètent le plus, et venez nombreux vous exprimer sur les cahiers d’enquête au 2ème étage du centre administratif municipal(*).

Par exemple, si vous vous inquiétez du bruit des hélicoptères, sachez que l’Aviation Civile a donné son accord à la construction de la tour à condition de contourner la ZAC en passant au Sud, sur les habitations d’Issy-les-Moulineaux.
Voici également pour votre information un article du « Moniteur » sur l’avis négatif porté par  l’UNESCO sur les tours à Paris.

Le commissaire enquêteur tiendra compte du nombre d’avis exprimés.

Vous avez jusqu’au 26 octobre pour faire valoir votre opinion.

Si vous ne l’avez déjà fait, signez également la pétition « Exigeons une alternative aux tours du Pont d’Issy », en cliquant ici.

(*) ou en adressant un courrier à M. Yves Cioccari, commissaire enquêteur, Service de l’urbanisme, Centre administratif municipal, 47 rue du Général Leclerc, 92130 Issy-les-Moulineaux.

Publicités

ENQUETE PUBLIQUE PREALABLE A LA DELIVRANCE D’UN PERMIS DE CONSTRUIRE D’UN IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR A ISSY LES MOULINEAUX

 Dans le cadre de l’aménagement de la ZAC DU Pont d’Issy, une délibération du conseil municipal a approuvé un projet de construction de 3 immeubles de grande hauteur (3 tours de 169 à 189 m de haut).

 Il y a déjà eu enquête publique qui concernait la ZAC dans son ensemble. Mais une enquête publique spécifique est obligatoire pour obtenir le permis de construire pour chacune de ces tours.

 Une enquête publique vient de s’ouvrir pour la tour IMEFA52 qui correspond à l’emplacement du bâtiment actuel du Crédit Agricole, propriétaire du terrain et initiateur du projet.

 Cette enquête publique est ouverte du 25 septembre au 26 octobre 2013 à l’annexe de la mairie d’Issy les Moulineaux, service de l’urbanisme, 2ème étage.

 Il est important que les adhérents et sympathisants d’ACTEVI s’expriment massivement à ce sujet. Aussi, ACTEVI a déjà rencontré le commissaire enquêteur pour rappeler les éléments essentiels de sa contestation du projet et déposer la pétition demandant une proposition alternative.

 Le commissaire enquêteur peut être rencontré :

 Le jeudi 3 octobre                   de 16h00 à 19h00

 Le lundi 14 octobre                 de 14h00 à 17h00

 Le samedi 26 octobre             de 9h00 à 12h00

 La tour projetée est un immeuble de bureaux, susceptible de recevoir 4.000 emplois tertiaires potentiels, et déplacés non pas créés rappelons-le, sur environ 65.000 m2 shon.

 ACTEVI a expliqué au commissaire que ce projet s’insère mal dans les souhaits du SDRIF qui privilégie l’équilibre habitat/emploi, la mixité fonctionnelle et l’équilibre entre l’Est et Ouest de l’Ile de France.

 L’accroissement du nombre des bureaux ne tient pas compte de l’insuffisance actuelle des transports. Il est prévu une gare à Léon Blum (à 800 m de Val de seine) vers 2020, mais rien ne dit que ces délais seront tenus.

 ACTEVI va étudier les documents soumis à l’enquête publique et proposer un avis plus complet et argumenté dès que possible.

Nouvelles du contentieux sur les tours du Pont d’Issy

ACTEVI a engagé en juin 2012, au sein d’un collectif d’associations comprenant une autre association isséenne, Issy l’Ecologie, Val de Seine Vert et une association boulonnaise, AEBB, avec l’appui d’environnement 92, un recours contentieux à l’encontre d’un projet démesuré prévu au Pont d’Issy, près de la station Val de Seine. Ce contentieux comporte deux recours, puisqu’il convenait de contester séparément une décision modificative du PLU et la création d’une ZAC.

Le projet contesté prévoit la réalisation de trois tours de 169 à 189 mètres de haut dont 232 260 m2 de bureaux, 13 500 m2 de logements dont 25 % de logements sociaux, 3500 m2 de commerces et 1200 m2 d’équipements dont une crèche de 60 berceaux. Au regard des objectifs affichés, notamment « créer un secteur mixte, accueillant aussi bien des bureaux que des logements… », le projet privilégie en fait la part des bureaux, incitant à la venue potentielle de 11 000 emplois tertiaires dans un secteur qui n’en compte actuellement qu’un millier, et ceci en l’absence de transports adaptés, dans un lieu déjà très encombré aux heures de pointe. Rappelons qu’en 2008, Issy les Moulineaux  détenait déjà 710 000 m2 de bureaux.

Le recours engagé par les associations contre la réalisation de la ZAC, pointait notamment une concertation inadaptée à l’ampleur du projet et des informations notoirement insuffisantes données aux habitants, de graves défauts d’analyse des effets du projet et l’absence de mesures envisagées pour remédier aux conséquences dommageables. Le recours notait en outre l’incompatibilité avec les normes supérieures, SDRIF et SCOT.

Par ailleurs, le recours déposé contre la modification du PLU relève les graves irrégularités et insuffisances du rapport du commissaire enquêteur, qui a au reste été écarté depuis de la liste des commissaires enquêteurs par le tribunal de Cergy-Pontoise.

Sur tous ces points, notre avocat a appuyé notre contestation par une jurisprudence fournie, récente et adaptée.

La réponse de la municipalité est loin de répondre à nos critiques. Selon l’avocat de la défense, tous les arguments de notre requête ont été soulevés dans l’étude d’impact. Mais il ne répond jamais sur l’insuffisance des compensations aux inconvénients du projet. Jamais on ne pose la question de la pertinence du projet au regard des inconvénients. Il y a dans cette réponse beaucoup d’approximations pour ne pas dire des confusions volontaires.

Malgré le contentieux en cours, la municipalité entend poursuivre son projet et vient d’approuver le dossier de réalisation de la ZAC du Pont d’Issy, préparant ainsi l’enquête publique préalable à l’autorisation de construction des tours.

On ne peut que s’étonner d’une telle précipitation. Le contentieux engagé par les associations va en fait dans le sens d’une relecture de la densification envisagée pour Issy les Moulineaux par le SDRIF.

Ainsi, les graves inconvénients du projet pour la qualité de vie des habitants se conjuguent avec des interrogations sur sa pertinence économique et ses bienfaits en termes d’aménagement. Le projet accentue des déséquilibres qui nuisent à la cohérence interne de la région Ile de France, mais aussi aux bonnes liaisons interrégionales.

Au demeurant, notre requête (en deux mémoires) a apporté au tribunal de Cergy-Pontoise les moyens de textes lui permettant d’annuler les décisions litigieuses. Alors, il faut y croire.

(Cet article est paru également dans la lettre de Val de Seine Vert)

La ZAC du Pont d’Issy : Où est l’intérêt général ?

C’est une révision simplifiée du PLU qu’a choisie la municipalité pour pouvoir mettre en œuvre ce projet qui va profondément modifier le secteur du Pont d’Issy. Cette procédure est possible pour la réalisation d’une construction ou d’une opération publique ou privée présentant un intérêt général pour la commune ou toute autre collectivité.

Mais où est l’intérêt général de cette opération démesurée, atteinte de gigantisme ?

Pas d’insertion dans la trame urbaine

La municipalité motive son projet d’aménagement par les objectifs suivants :

  • réaliser une opération exemplaire en entrée de ville,
  • favoriser l’implantation ou le maintien d’entreprises de grande renommée.

Maquette du Pont d'IssyMalheureusement force est de constater que cette opération ne s’insère pas dans la trame urbaine.
Jusqu’à présent, la ville conservait, grâce aux limitations prévues par le PLU de 2005 (hauteur limitée à 27 m), une certaine unité visuelle. La construction de 3 tours – de 165 m à 180 m de haut – rompra cette unité et donnera une impression de juxtaposition.
De plus, le concept de tour fait l’objet de nombreuses critiques : coûteuse en réalisation et en maintenance, énergivore et de ce fait destinée principalement à des bureaux, elle peut éventuellement répondre à une logique économique dans certains cas. Dans le cas présent, la logique économique est loin d’être avérée.
L’aménagement est fondé sur le constat que les bâtiments qu’il est prévu de remplacer se vident. Le projet prévoit la venue potentielle de 11 000 emplois. Or l’étude d’impact reconnait que les transports et les voies de communication sont déjà saturés en période de pointe. Et rien n’est prévu pour renforcer ces moyens pour le moment. La gare du projet Grand Paris Express se situera à environ 800 m du Pont d’Issy et sa mise en service ne se fera qu’à partir de fin 2018.
Si les entreprises désertent ce lieu, n’est-ce pas tout simplement pour s’installer dans des locaux moins onéreux ?

Lire la suite

La ZAC du Pont d’Issy : Quel impact sur la biodiversité ?

A la lecture des documents qui composent le dossier de l’étude d’impact, on ne peut se satisfaire des affirmations émises concernant les effets sur la biodiversité de cet énorme projet dans le secteur du Pont d’Issy et de la pointe amont de l’Ile Saint-Germain.
Pont d'Issy par g.LLes conclusions signifiées dans la partie du document dénommée « Impact du projet sur l’environnement et mesures associées », mentionnent pour l’îlot A/B1/B2, un impact de la destruction de ces milieux non significatif !… quant à la pointe amont de l’Ile Saint-Germain, l’impact y sera positif à terme pour la flore ; pour la faune… on ne sait… et tout ça est renvoyé à de futures études sous la responsabilité ici du maître d’ouvrage, le Conseil Général.
Les prévisions rassurantes affichées dans ce document inspirent la plus grande méfiance, tant les expériences passées en termes de communication et de « concertation » pour des aménagements, ou programmes d’urbanisation à des échelles semblables ont démontré le contraire après leurs réalisations.
Les incohérences de la gouvernance locale communale et départementale pour le développement durable témoignent malheureusement presque toujours de l’incapacité des aménageurs à prendre conscience de l’irréversibilité des phénomènes vivants détruits.

Lire la suite

Le collectif a déposé un recours contre le projet

TA CergyLe 19 juin 2012, le Collectif du Pont d’Issy (regroupant ACTEVI, Issy l’écologie, AEBB, Val de Seine Vert) a déposé un double recours auprès du Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise, comme nous l’annoncions dans notre précédent article.

Les délibérations attaquées sont les suivantes :

délibération du 12 avril 2012, par laquelle le conseil municipal d’ISSY-LES-MOULINEAUX a approuvé la révision simplifiée du plan local d’urbanisme (PLU) sur le secteur du Pont d’Issy,

et

délibération du 12 avril 2012, par laquelle le conseil municipal d’ISSY-LES-MOULINEAUX a décidé la création de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du « Pont d’Issy » et approuvé le dossier de création annexé à ladite délibération.

Nous avons appris par ailleurs que des élus isséens d’opposition ont également déposé un recours contre ce projet le 6 juin dernier.

Si vous souhaitez soutenir notre collectif, rendez-vous sur la page Soutenir le Collectif.
Vous pouvez également signer, et faire signer, la pétition en ligne.

Issy dans dix ans – C’est à lire dans l’Express !

2012-06-20_LEXPRESS

Edition spéciale sur Issy

L’Express du 20 juin 2012 publie cette semaine un dossier de douze pages, très bien documenté, sur les constructions en cours et à venir à Issy-les-Moulineaux. Vous y lirez les articles suivants :

– « Les tours de la discorde » (les tours du Pont d’Issy) dans lequel l’auteur relate le rejet massif de ce projet qui concerne directement notre collectif,
– « Les berges à réinvestir » et le problème de la RD7,
– « Le Fort d’Issy, une reconversion réussie ? »,
– « Les escaliers mécaniques »,
– « Deux gares au lieu d’une » et la densification annoncée à Léon Blum,
– « L’école des avocats » et son terrain cédé à l’euro symbolique alors que la ville n’a plus de réserves foncières,
– « La fin de la communale », sur l’opération immobilière « Cœur d’Issy », avenue Cresson,
– « Un écoquartier au fil de l’eau », sur la RD7, à la place de la TIRU,
– « Un port à restructurer »,
– « Un cœur de ville en suspens » où l’on apprend que la municipalité souhaite tout ficeler avant les prochaines élections municipales,
– Et enfin « le tri postal » et ses entrées distinctes, pour riches et pour pauvres…

Outre l’avis de la municipalité, l’auteur a sollicité l’opinion d’ACTEVI et de Val de Seine Vert – membres de notre collectif – ainsi que celle de divers conseillers municipaux.

Nous ne pouvons que vous encourager à lire cette édition spéciale.

N’hésitez pas à commenter, nous contacter (pontdissy (at) gmail.com) si vous souhaitez de plus amples renseignements…

Et si vous souhaitez soutenir notre collectif, rendez-vous sur la page Soutenir le Collectif.

A propos d’Isséane, de la ville et des bureaux

Vue du Pont d'Issy et d'Isséane

Vue du Pont d’Issy et d’Isséane

Gisèle Escourrou, dans son étude « Le climat et la ville », montre l’existence de phénomènes intéressants quant à la dispersion ou la concentration des polluants.

Des études menées à Paris montrent que les brises urbaines venant de la périphérie convergent vers le centre plus chaud y entraînant des pointes de pollution, phénomène d’autant plus marqué que le quartier compte des bureaux où il fait encore plus chaud.  Ainsi le 2 février 1981, on a relevé des valeurs supérieures à 1 000 µg/m3 en acidité forte dans un quartier à dominante de bureaux alors que la moyenne pour l’ensemble de Paris était de 800 µg/m3. Paris et sa proche banlieue constituent déjà un îlot de chaleur qu’il convient de ne pas renforcer localement en entassant des immeubles sans prioriser la végétation qui a parmi de multiples vertus celle de réguler la température par évapo-transpiration. Les parcs constituent des masses froides.

Le vent dominant n’est pas obligatoirement le vent polluant. Les directions polluantes correspondent à celles qui s’accompagnent d’une faible vitesse et d’une atmosphère stable : c’est le cas du vent d’est lors de la présence d’un anticyclone en saison froide. Paradoxalement, c’est alors la banlieue ouest ou nord-ouest de Paris, pourtant plus résidentielle, qui est la plus polluée, le vent d’est à régime lent et laminaire, ne fait que pousser les polluants parisiens sans les disperser. A l’inverse, lorsque les masses d’air sont instables, les vents d’ouest  turbulents ont un effet dispersant sur les polluants qui ne stagnent plus, rendant la banlieue sud-est moins polluée.

Dans le cas qui nous occupe et en résumant, l’érection de tours au Pont d’Issy pourrait avoir comme effet de bloquer la progression lente des polluants émis par Isséane en saison froide en opposant un écran aux vents dominants d’est, et un effet symétrique vis-à-vis des vents d’ouest les empêchant de jouer leur rôle de dispersant.

Lire la suite

Tours et retour sur une regrettable délibération du Conseil municipal du 12 avril 2012

Par un tract diffusé à 20 000 exemplaires et par des informations parues sur son site, ACTEVI  au sein d’un collectif d’associations, a tenté d’avertir le maximum d’isséens du projet d’aménagement du quartier Val de Seine-Pont d’Issy.

Tours du Pont d’Issy vues de l’Avenue Victor Cresson

Tours du Pont d’Issy vues de l’Avenue Victor Cresson

Ce projet prévoit la construction de trois tours de bureaux de 180 m de haut et la venue journalière de près de 11 000 personnes en plus dans un secteur déjà saturé, sans aucune prévision de moyens de transport supplémentaires.

De nombreuses oppositions à ce projet ont été exprimées lors de l’enquête publique. ACTEVI notamment a contesté son  caractère démesuré, sans intérêt pour les isséens et dangereux pour leur qualité de vie.

Le commissaire enquêteur, partisan notoire  de l’édification de tours, a défendu ce projet dans un rapport d’enquête contestable et a conclu par un avis favorable sans réserves. Ce rapport est tellement critiquable, qu’ACTEVI a adressé une lettre à chacun des conseillers municipaux pour les alerter sur l’absence de neutralité, les erreurs et digressions constatées .

Malgré cela et se fondant en séance sur l’avis favorable du commissaire enquêteur, lors du Conseil municipal du 12 avril 2012, tous les conseillers appartenant à la majorité municipale ont voté  la révision du PLU et la création de la ZAC, préalables administratifs à la réalisation du projet. Les conseillers de l’opposition municipale ont voté unanimement contre.

Les promoteurs peuvent maintenant déposer des permis de construire. Le collectif va tenter une action qui ne pourra très probablement pas se concrétiser en dehors d’un contentieux. Il importe plus que jamais de signer la pétition pour un projet alternatif à la construction de tours au pont d’Issy.

La future ZAC du Pont d’Issy à l’ordre du jour du prochain Conseil municipal du 12 avril !

Mairie d'IssyAnnoncée sur le site de la ville, la prochaine séance du Conseil municipal se tiendra le jeudi 12 avril à partir de 18H30, dans la salle multimédia « La Marseillaise » à l’Hôtel de ville, 62 rue du Général Leclerc.

A l’ordre du jour, 43 sujets et résolutions parmi lesquelles :

30. Bilan de la concertation et approbation de la révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme sur le secteur du Pont d’Issy.

31. Création de la ZAC du « Pont d’Issy ». Approbation du dossier de création.

Nous vous rappelons que ces séances sont publiques, et que tout isséen peut y assister librement. Aussi, nous vous incitons à venir assister aux délibérations concernant ce projet qui ne peut pas laisser indifférents nos concitoyens.